Un "projet jeunes" entre Bordeaux et le Bénin - 02/14

    Dans le cadre du projet 45e parallèle porté par le RADSI (réseau aquitain pour le développement et la solidarité internationale), Etik et Sol accompagne des étudiants bordelais à la valorisation de leur projet solidaire.

    Comment présenter de manière artistique et interactive leurs actions de solidarité internationale, à leurs pairs, à des enfants, à des institutions...?

    Etik et Sol a ainsi rencontré l'association d'étudiants psychomotriciens, Karavan Bordelaise, qui porte un projet d'animation ( Rire Jouer Grandir) à l'éveil corporel, de danse et de théâtre, auprès de la maison de quartier du Tauzin à Bordeaux. En juin 2014, ils iront dans le village de Kpomassé, à une heure trente minutes de route de Cotonou, mener les mêmes ateliers auprès des enfants d'un orphelinat. Toute l'année, ils recueillent ici photos, vidéos, dessins qu'ils présenteront aux enfants de là-bas.

    En ce début février, nous avons retrouvé "les deux Mathilde" à la maison de quartier pour assister à une animation. Les deux jeunes femmes nous annoncent avoir obtenu, la veille, un financement du CROUS pour leur projet. L'atelier commence avec les exercices de la douche et de l'ascenseur. Les enfants cmmencent alors un beau voyage imaginaire. Ensuite, ils sont invités à dessiner l'empreinte de leur corps et à la colorier. Les couleurs sont vives, les coeurs, fleurs apparaissent. D'autres enfants ont plus de mal à se représenter, à oser. Le tout sur fond musical et petit Quentin de demander : "tu peux mettre Stromae?"

    Qu'attendent les étudiants de leur projet? Pour Mathilde c'est, avant tout, apporter du temps de loisirs aux enfants français et béninois; pouvoir appréhender, peut-être, une autre approche au corps au Bénin et enrichir ainsi l'apprentissage de leur métier; c'est montrer aux enfants comment cela se passe ici et là-bas.

   Ce beau projet fait par des jeunes se nourrit d'ouverture, d'échange, d'interculturalité.

 

C.B.